LabCMO - Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur

Publications et présence dans les médias

Le LabCMO reçoit une importante subvention d'équipe!

Nous sommes très heureux d'annoncer que le LabCMO a obtenu une subvention de près de 338 000 $ sur 4 ans (2016-2020) auprès du Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC), via son programme "Soutien aux équipes de recherche". 

 

Lire la suite...

Twitter

Axe 2 - Mutations du travail et de l’activité contributive

Responsable : Claudine Bonneau, professeure, Département de management et technologie, UQAM

Le deuxième axe se concentre sur l’analyse des usages des médias et technologies numériques en lien avec les mutations du travail envisagé dans sa dimension à la fois productive et organisée. Il vise à explorer l’effet structurant voire transformateur des usages des outils collaboratifs sur l’activité et le façonnement de ces mêmes usages dans et par les contextes professionnels et organisés. Les questionnements abordent la dimension contributive des usages et l’interrelation entre les usages des médias et technologies numériques et les pratiques professionnelles.

Quelle incidence les usages des médias numériques ont-ils sur la collaboration dans les contextes de travail ? Quels rôles jouent-ils dans l’émergence de nouveaux modèles organisationnels et de formes alternatives de production et d’innovation ?

Les projets abordent la reconfiguration du travail dans les milieux scientifiques, les formes alternatives de collaboration et de production entre pairs (peer production), la mise en visibilité du travail sur les réseaux socionumériques et les usages d’outils collaboratifs et de médias sociaux en milieux professionnels.

Mots-clés : travail, activité contributive, pratiques professionnelles, organisation, collaboration, innovation.

 
Chercheurs impliqués dans cet axe 

Claudine Bonneau
Florence Millerand
Guillaume Latzko-Toth
Lorna Heaton
Serge Proulx
Madeleine Pastinelli
Alexandre Coutant
Jonathan Roberge
Josianne Millette


Projets en cours 

Travailler à haute voix sur les médias sociaux 
Dans le cadre de ce projet de recherche en cours, nous examinons les aspects informels de l’organisation à travers le prisme des médias sociaux publics. Des travailleurs de divers secteurs utilisent les plateformes Twitter et Instagram pour révéler ce qui se passe en coulisses ou ce qui tend bien souvent à rester dans l’ombre des aspects plus formels de l’organisation et du travail. Ces publications, qui combinent l’image au texte, contribuent à rendre plus visibles les dimensions sensorielles, émotionnelles, matérielles et temporelles de la vie au travail. S’inscrivant aux confluents de la communication et des études organisationnelles, cette analyse qualitative contribue à une compréhension plus fine des transformations du travail en levant le voile sur côté réflexif et subjectif de l’expérience du travail et de l’organisation.

Sergi, V. et Bonneau, C. (2016). Making Mundane Work Visible on Social Media : a CCO Investigation of Working out Loud on Twitter. Communication Research and Practice2(3), 378–406. http://dx.doi.org/10.1080/22041451.2016.1217384.

Bonneau, C. (2013). Travailler à haute voix sur Twitter : quand la collaboration informelle emprunte un réseau public. Tic&société7(1). http://dx.doi.org/10.4000/ticetsociete.1330.


Digital nomads : a spatial, temporal and material analysis of new ways of working
Certains travailleurs adoptent « une forme extrême de travail mobile » afin d’allier leur intérêt pour le voyage à la possibilité de travailler à distance. Ces « nomades numériques » qui voyagent tout en travaillant passent au minimum quelques mois par année à l’étranger et changent fréquemment de destinations. Dans le cadre de ce projet de recherche en cours, nous souhaitons, entre autres, cerner et caractériser les différents types de métatravail assumé par les nomades numériques, en prenant en considération leur nature tant individuelle que collective.

 

 

Axe 1 - Logiciels libres et formes d'engagement citoyen

Axe 3 - Technologies numériques et nouveaux rapports aux savoirs