Twitter

Séminaire - Le laboratoire vivant (living lab)

Une approche ouverte de l’innovation centrée humains, citoyens, usagers

LabCMO-fond vert

Le vendredi 26 avril prochain, le LabCMO tiendra le dernier séminaire de son programme 2012-2013.

Danielle Lafontaine (Chercheure au GRIDEQ, UQAR et au CRDT, chercheure associée au CEFRIO), proposera une conférence portant sur Le laboratoire vivant (living lab): Une approche ouverte de l’innovation centrée humains, citoyens, usagers.

Suzanne de Cheveigné (Directrice du Centre Norbert Elias, Marseille) agira à titre de discutante.

L'activité se tiendra de 9h30 à 12h30, au local J-4435 (Pavillon Judith-Jasmin, UQAM).

L'inscription est gratuite, mais obligatoire. Veuillez confirmer votre participation en écrivant au Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

 

Résumé

Comme nous en retracerons d’abord brièvement l’origine, l’idée de laboratoire vivant (living lab) est récente ainsi que les expérimentations qu’elle a pu inspirer, rares avant les années 2000 et plus importantes aujourd’hui.

Au sujet de ce qu’est un laboratoire vivant, celui-ci pourra être présenté par des chercheurs ou praticiens sous l’angle : 1) d’une « approche » (Mulder et al. 2008 ; Genoud et al. 2009), 2) d’une « méthodologie » (Mulder et Stappers 2009), et 3) d’un « milieu » (Bergvall-Kareborn et al. 2009) facilitant l’innovation. Le point de vue que nous adoptons, à la suite de travaux consultés ou réalisés dans le cadre d’une recherche-expérimentation initiée par le CEFRIO et ayant donné lieu à la formation de laboratoires vivants dans deux régions du Québec (en Gaspésie et Agglomération de Longueuil), est que ces trois aspects sont essentiellement liés. Six « principes » caractérisant ensemble l’approche du laboratoire vivant seront dégagés.

La méthodologie spécifique au laboratoire vivant demeure en développement et certaines de ses orientations peuvent être mises en rapport avec la méthode des sciences de l’artificiel (H.A Simon 1982). Ni la méthodologie, ni l’approche ne constituent toutefois une fin en soi, leur but étant de soutenir la formation d’espaces ou d’environnements créatifs se rapportant à différents domaines de pratiques ou d’interventions publiques. L’approche du laboratoire vivant et sa méthodologie, lesquelles impliquent des expérimentations de laboratoires à mettre en œuvre « réellement », exigent des efforts soutenus sur plusieurs années, car elles concernent des questions fort complexes, mais cruciales, relatives à l’innovation, à la participation et au développement sociétal.